Des réfugiés raflés dans les rues de Paris

Ceci est un post de Rose Lecat photojournaliste engagée, qui s’inquiète du sort des exilé.e.s qui vivent dans les rues de Paris.

Crédit : Rose Lecat
Crédit : Rose Lecat
Paris – le 4 août 2016
Nouvelle RAFLE Avenue de Flandres !
Depuis la fameuse violente nuit de dimanche, chaque jour vers 13h, les cars des forces de l’ordre déboulent Avenue de Flandre ou Jaurès pour expulser, évacuer, emmener, n’ayons plus peur des mots, rafler, à coup de matraques et de gaz lacrymogènes femmes, enfants, mineurs et hommes, des migrants dans des bus, direction le commissariat pour une prise d’identité et une distribution d’OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). Les bénévoles sont tenus à l’écart par des cordons de sécurité et menacés de matraque ou gaz à leur tour si ils franchissent la barrière de sécurité.
Aujourd’hui les gaz ont particulièrement été utilisés et les hommes à terre, pleurant et ne voulant – ou ne pouvant – marcher, ont été portés par plusieurs CRS jusqu’au seul bus apprêté et rempli à déborder, d’une bonne centaine de personnes.
Une bénévole en rage explique que les policiers sur place se félicitaient de l’efficacité des gazeuses. Dimanche un homme a même été tazé dans la nuit. Autre nouveauté depuis hier, au moins 5 personnes ont été placés en C.R.A. (Centre de Rétention Administrative) suite à la rafle, quatre afghans et un somalien.
Profitant des distributions de nourriture pour intervenir, les CRS vont jusqu’à chercher les migrants de l’autre côté de l’avenue, regroupés en file pour la distribution, pour les ramener et les contenir dans une nasse sur l’avenue au milieu de la circulation, tandis que d’autres peuvent sortir de la nasse sans montrer de papier. Certains témoignages concordent sur un délit de faciès dont seraient victime les soudanais.
Vers la fin de l’expulsion, une bénévole voit au sol un homme, qui ne bouge pas sous ses couvertures, entouré d’agents de l’entretien ne pouvant nettoyer la zone. Tandis qu’elle essaie de s’approcher pour lui venir en aide, un policier l’évacue. Cet homme, un somalien d’une trentaine d’année, porte au poignet un bracelet de l’hôpital. Il ne bouge plus. Les pompiers sont appelés.
Vers 16h, les migrants qui n’ont pas été emmenés, reviennent petit à petit former un nouveau groupe sur l’avenue de Flandre. Situation absurde!!!
LES MIGRANTS ONT BESOIN DE VOTRE SOUTIEN POUR MAINTENIR LEUR DROIT À LA DIGNITÉ HUMAINE!!! Venez à Stalingrad à l’heure du déjeuner les soutenirs et être présent en cas d’expulsion sauvage!
« On dirait qu’ils essaient de faire en sorte que je n’existe pas. Si on n’avait pas envie de venir en France on ne serait pas venu, on serait parti ailleurs. Mais si on est venu c’est qu’on a une raison d’être là. Essayer de nous faire disparaitre, ça ne sert à rien! » se confie un migrant soudanais après la rafle, traduction faite par Houssam.
‪#‎welcomerefugees‬
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s