Lang’art, lieu de danse, lieu de vie

Lang’art est un projet de l’association Danseur citoyens, une association qui propose de la formation professionnelle pour les danseurs tunisiens.  L’espace culturel a ouvert ses portes en mai 2015. Il propose différentes activités dont de la danse, du théâtre et des arts de rue. Le lieu accueille une cinquantaine de jeunes, de 13 à 20 ans, originaires de différents quartiers de Tunis. Lang’art : lieu d’apprentissage … Continuer de lire Lang’art, lieu de danse, lieu de vie

« Bonsoir misriya »

  « Rue de Marseille. Tu fermes les yeux et tu imagines la cité phocéenne, majestueuse, un bastion d’histoire, un mélange de cultures. Partout le soleil, la lumière. Tu imagines son port, ses matelots, ses bateaux et l’envie de naviguer te prend. Les chalands de la rue de Marseille, à Tunis, doivent eux aussi rêver de voyage. Ils s’en vont, ils s’oublient, ils larguent tout, sans … Continuer de lire « Bonsoir misriya »

Tunisie : une homophobie grandissante

Vendredi 13 mai, le Bundestag allemand, l’équivalent de l’assemblée, a validé l’inscription de la Tunisie, du Maroc et de l’Algérie sur la liste des «pays sûrs», limitant ainsi les chances des ressortissants de ces pays d’obtenir l’asile en Allemagne. Une décision qui inquiète La décision inquiète les défenseurs des droits humains en Tunisie. Il sera alors bien plus difficile de demander l’asile pour une personne homosexuelle … Continuer de lire Tunisie : une homophobie grandissante

Enquête : Être mère célibataire en Tunisie

Cette enquête, publiée en avril 2012 sur le blog collectif tunisien Nawaat.org, décrit une réalité qui n’a pas évoluée. Depuis plus de dix ans l’association Amal pour la famille et l’enfant aide les mères célibataires. Dans une société où les rapports sexuels hors mariage sont interdits et où la grossesse hors mariage est vécue comme un drame, Amal soutient ces femmes et les aide à se … Continuer de lire Enquête : Être mère célibataire en Tunisie

Pour que les journalistes arrêtent de mourir dans l’indifférence

Parce que c’est ce qui se passe, en vérité. On nous fait disparaître, on nous force au silence, on nous tue, et puis vite nos noms s’effacent des mémoires. C’est comme ça que la liberté d’expression recule quand on « force au silence le messager« , quand on oblige les journalistes à se taire, et que personne n’est tenu responsable. Et n’allez pas croire que les journalistes … Continuer de lire Pour que les journalistes arrêtent de mourir dans l’indifférence